Le Pouvoir de l'Argent dans la Séduction



powerofmoneyinseduction
Le pouvoir de l'argent dans la séduction
Regardez cette magnifique vidéo ci-dessous. Elle nous apprend beaucoup sur la séduction, sur "l'humain" en général, si ce n'est sur le matérialisme!! Mesurez combien, tous autant que nous sommes, pouvons être séduits par le matériel!



Publicité
-->


Il en est de la séduction des peuples comme de celle des femmes: c'est en racontant n'importe quoi qu'on fait le plus de conquêtes. Philippe BouvardMille et une pensées (2005)


Est-ce votre avis? 


Voir la vidéo

video




Dossier associé à la vidéo

La séduction désigne, en science sociale, un procédé visant à susciter délibérément une admiration, attirance, voire l'amour d'un ou de plusieurs individus. Le mot est dérivé du latin seducere, signifiant littéralement « tirer à l'écart »1, et possède des connotations positives et négatives. Les plus grands séducteurs de l'histoire (ou de légendes) incluent Lilith, Giacomo Casanova et le personnage Don Juan2. Apprenez à être imbattable en matière de séduction!

Parfois appelée « flirt » ou, plus rarement, « marivaudage », l'entreprise de séduction se présente souvent comme une forme de jeu ou de défi entre deux ou plusieurs individus, dans lequel l'un d'eux (voire chacune) s’efforce de susciter de l'attirance et/ou des sentiments chez l'autre par diverses conduites (draguer, faire la cour, etc.).
Le but le plus simple de la séduction consiste à obtenir un avantage de la part de la personne séduite, par exemple des rapports sexuels, des cadeaux ou de l'argent (lorsqu'elle est effectuée de mauvaise foi et pour abuser de quelqu'un, il est question de manipulation physique ou psychologique). Mais son but peut être plus complexe et détourné : reconnaissance, soi, narcissisme ou simple satisfaction du désir de vaincre.
Du point de vue de la religion, la séduction est souvent considérée comme une forme de tentation, une invitation à commettre un péché ou un acte de faiblesse charnelle (étymologiquement, « détourner » du droit chemin). Elle semble toutefois constituer une étape préliminaire à toute relation amoureuse3.

Si, chez l'homme, séduire est une démarche active, demandant un ensemble d'efforts et de prises d'initiatives de sa part, (…) toute tentative de séduire chez la femme est régulièrement assimilée à une forme d'incitation à la débauche. Pour cette raison, la part de la femme dans le phénomène de la séduction prend une tournure plus passive, fondée sur la mise en valeur de ses atouts et l'émission de signes dits d'intérêt. L'attirance exercée par une femme est alors le plus souvent assimilée à son charme : elle est alors perçue comme une forme de séduction passive ou indirecte.

Les modes de séduction

Les apparences dans le phénomène de séduction
la personne qui cherche à séduire,« qui a un charme attirant et aguichant » est qualifiée de « sexy »7. De même que le dicton dit que « les goûts et les couleurs ne se discutent pas », le qualificatif sexy pour l'apparence physique peut avoir une signification différente d'une personne à l'autre. Certains fondamentaux sont cependant communément partagés : le terme « sexy » est souvent lié à l'apparence que donne un individu par son habillement :  vêtements, accessoires. Il convient de remarquer que ce n'est pas le vêtement en lui-même qui est sexy, c'est la façon dont il est porté. Être sexy, c'est mettre ses formes en valeur : par contraste (pull très large et minijupe), par suggestion (col roulé moulant) ou par démonstration (décolleté). Dans tous les cas, il s'agit de mettre en valeur certaines parties du corps tout en les cachant ou en attirer l'attention et le désir à partir d'un détail (une nuque, une cheville, Jean-Jacques Rousseau était attiré par la simple vue d'un poignet).



Source: Wikipédia

Vous avez apprécié cet article et souhaitez le partager?

Sur google + ou Facebook




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire